Accéder au contenu principal

Le lombricomposteur

Autant vous dire que l’achat du lombricomposteur n’était pas du tout mon idée et qu’on peut le ranger dans la catégorie "compromis nécessaire dans une vie de couple". Il faut dire que c’était ça ou les petites boites en plastique de compost classique sur le balcon qui puent la mort et attirent des nuées de moucherons. Je vous ai donc préparé un petit article, non pour vous convaincre de faire du lombricompostage, mais plutôt pour expliquer le principe à ceux qui ne connaissent pas et ensuite c’est à vous de voir si vous avez envie de vous lancer dans l’aventure. 

Alors concrètement il s’agit d’une grosse boite en plastique que vous pouvez choisir de la couleur que vous voulez (on a préféré rester sobre avec le noir). Le notre est rond, on en trouve aussi des rectangulaires. Il est composé de 3 étages (pour une famille nombreuse générant beaucoup de déchets on peut rajouter des étages).

Au début on ne se sert que de l’étage supérieur. On commence par installer ce qu’on appelle une litière qui est en fait une couche de papier journal puis un mélange de terreau, de restes de nourriture et de cartons en petits bouts (tout ça est expliqué et détaillé dans la notice bien entendu). On reçoit par la poste une boite contenant les vers (beurk !) et on les installe sur cette litière et on recouvre du petit matelas de chanvre fourni. Ensuite on ne fait rien pendant 2 semaines environ. On les laisse s’acclimater à leur nouvel environnement.




On va pas se mentir c’est la période la plus difficile. Au début de nombreux vers vont tenter de se faire la malle. Même si la boite à l’air de bien fermer comme ça, ils arrivent à se glisser dehors et vont venir se promener sur le sol de votre appartement et bien souvent y mourir de dessèchement (aucun instinct de survie ces trucs). Pour les plus malins, ils vont trouver un coin sombre pour s’abriter et tenter de survivre. Je me souviens d’un après-midi d’angoisse (le 1er avril d’ailleurs, tu parles d’une blague) où j’étais seule à la maison et que j’ai découvert qu’ils se cachaient sous le frigo (il doit encore y avoir des cadavres), sous les poubelles, sous l’aspirateur… Ô joie ! J’ai du en remettre des dizaines dans leur boite. 


Evidemment habituellement c’était chéri qui s’en occupait comme c’est son joujou et qu’il est tout à fait à l’aise avec les petites bêtes. On avait peut-être 4-5 vers tous les soirs sur le sol et pareil le matin avant qu’on trouve qu’il y en avait aussi des planqués. Suite à cet incident, on a rajouté du terreau dans la litière et cela a grandement amélioré la situation. On est passé progressivement à 2-3 vers par jour et maintenant ça n’arrive presque plus (on a remarqué que cela coïncidait aussi avec les chaleurs qu’on a connu cet été donc a vérifier qu’ils restent sages cet hiver).

Et là vous vous dites mais pourquoi ne pas mettre le machin dehors où ils ne dérangeront personne s’ils s’échappent ? Et bien parce qu’on ne peut pas ma bonne dame. En effet, ils risquent de mourir à l’extérieur : soit de froid en hiver car la température ne doit pas descendre en dessous de 15°C idéalement (par contre si vous avez un garage ou une cave ça peut faire l’affaire) soit de chaud en été car si le soleil tape sur la boite en plastique la température peut monter très très vite : l’idéal est de rester en dessous des 25°C même si parfois en période de canicule on monte au-dessus, dans tous les cas en plein soleil il pourrait faire 50 là-dedans et là ils se dessèchent à coup sur. Enfin, d’un point de vue pratique, c’est bien de l’avoir à proximité pour y jeter vos épluchures car si vous devez parcourir des dizaines de mètres à chaque fois que vous voulez jeter un truc vous allez vite vous lasser. C’est pourquoi nous l’avons placé dans la cuisine (et aussi parce qu’il y avait la place).

Donc voilà au début c’est un peu dur, il faut prendre l’habitude de ne pas se promener pieds nus et de vérifier le dessous des meubles quotidiennement mais a priori ça s’arrange avec le temps et il s’agit de ne pas se décourager. Franchement maintenant j'oublie qu'il est là et je n'ai pas vu de vers depuis des semaines.

Après les fameuses deux premières semaines on commence progressivement à leur mettre les déchets verts. Au bout de quelques jours on peut passer en vitesse de croisière et mettre toutes ses épluchures de fruit et légumes (sauf les agrumes trop acides, ou les oignons… ce genre de choses). Pour maintenir un taux d’humidité satisfaisant il faut aussi leur mettre des déchets carbonés, en clair : du papier et du cartons (de préférence non traité, non imprimé, surtout pas de magazines par exemple). Nous nous leur mettons les rouleaux de papier toilette et les boites d’œufs découpés en petits morceaux.

Au début je ne mettais pas moi-même les choses dedans car on essayait de leur mettre la nourriture sous le matelas de chanvre et il était hors de question de mettre les mains là-dedans pour moi. Maintenant que le chanvre s’est désagrégé on soulève le couvercle et on met les déchets directement sur le dessus et ça j’y arrive.

Après 5 mois d’utilisation à deux on a toujours pas fini de remplir le premier bac de déchets (les vers mangent les déchets au fur et à mesure les transformant en terreau, le terreau étant assez compact cela réduit le volume des déchets c’est pourquoi cela se rempli doucement). Quand le premier étage sera complètement plein, on prendra le bac du dessous et on le mettra sur le dessus. On va le remplir également. Puis on répète avec le 3ème bac. A ce moment là, le tout premier bac se retrouvera sur le dessous et on pourra utiliser son contenu comme terreau pour nos plantations sur le balcon.

Il y également tous en bas un dernier plateau avec un petit robinet d’où l’on peut extraire un genre de jus qui dilué avec de l’eau sers d’engrais aux plantes (pour nous le robinet ne fonctionne pas très bien, le jus s’écoule même lorsqu’il est fermé et on a finalement assez peu de ce jus).

Voilà une petite description de mon expérience avec le lombricomposteur. Je pense que j’ai vraiment décrit par le menu les inconvénients et que je n’ai pas assez insisté sur les avantages. Alors même si je serais incapable de m’en occuper seule, voici pourquoi je trouve que c’est une bonne idée de posséder un lombricomposteur :

C’est très écologique puisque cela permet de réduire le volume de déchets que nous produisons. En mettant simplement nos déchets à la poubelle, ils finissent incinérés alors que de cette façon ils ont une deuxième vie, une vraie petite usine de recyclage à la maison.

On obtient du terreau d’excellente qualité et de l’engrais pour les plantes. Cela évite d’en acheter et puis celui là est complètement naturel.

Par rapport à un composteur classique : 
- Il est adapté à la vie en appartement
- Le processus de dégradation des déchets est beaucoup plus rapide donc on obtient du terreau plus rapidement et on a besoin d’un moins grand volume
- Pas d’odeurs et pas de bestioles indésirables (quand on ouvre ça sent juste la terre, ce n’est pas une odeur que j’apprécie mais au moins ce n’est pas désagréable, et fermé : zéro odeur)

Si je ne vous ai pas trop fait peur et que vous souhaitez des informations encore plus détaillées je vous invite à consulter le site sur lequel nous avons acheté le notre et qui explique vraiment tout de A à Z et je suis à votre disposition pour répondre à vos questions (si je le peux) dans les commentaires.

Commentaires

Popular Posts

Le masque merveilleux par Ultra Doux : l'erreur de la débutante

Les produits Ultra Doux et moi, c’est une longue histoire d’amour. Mais les histoires d’amour finissent mal, en généraaaal ... 

Festival des Templiers - Marathon du Larzac

Pour le dernier trail de la saison, nous nous attaquons à l’un des plus gros évènements trail de France: le festival des Templiers. Ce n'est pas moins de 14 courses aux formats variés qui sont proposées et qui attirent plus de 10000 coureurs de 45 nationalités différentes. La course la plus emblématique est la grande course des Templiers le dimanche mais qui, pour la première fois en 25 ans d'existence, a été annulée pour raison météorologique cette année. Par chance, avec mes amis, nous avions opté pour des courses qui se déroulaient le vendredi matin pour lesquelles nous avons eu d'excellentes conditions climatiques. Ces courses avaient surtout l'avantage d'être limitées à quelques centaines de participant permettant une ambiance plus intimiste.  La course n'a pas commencé qu'on en prend déjà plein les mirettes Après 7h de route jeudi, nous avons récupéré nos dossards, puis nous avons fait un tour rapide du salon du trail très bien fourni av

DeNovo : la (petite) marque française de cosmétiques éthiques et naturels qui gagne à être connue

Cela fait très longtemps que je voulais faire un article dédié à cette jolie marque. J'ai attendu un peu pour avoir testé un bon panel de produits et je vous présente aujourd'hui mes impressions sur tout ce que j'ai testé depuis un peu plus d'un an.