Accéder au contenu principal

Le Trail des Ecoliers

Tandis que nombre de mes connaissances parmi prenaient le départ du semi-marathon de Paris hier, pour ma part j’ai décidé de m’atteler à un nouveau challenge : le semi-marathon version trail avec 900 mètres de dénivelé positif.



Réveil très matinal à 6h pour quitter la maison à 7h et être à 8h sur place pour retirer les dossards et s’échauffer. Sur la route, aux aurores, on croise deux magnifiques renards (et autant de véhicules). 

A la sortie de la voiture il fait 1°C mais le ciel est dégagé et la matinée s’annonce radieuse. J’ai un peu peur d’avoir froid tout de même. Au final, à aucun moment je n’en ai eu l’occasion, j’ai même eu plutôt chaud en particulier dans une montée un peu longue et où le soleil nous réchauffait à travers les arbres dénudés. Même quand le vent s’est levé sur les 5 derniers kilomètres pas de souci de ce côté-là.


Le parcours était vraiment très sympa. C’était principalement des monotraces en terrain boisé, à flanc de colline, qui se faufilaient entre les arbres, et avec un certain nombre de raidillons rocheux où il fallait mettre les mains. Les montées sont très très raides, on se retrouve à de nombreuses reprises devant des murs qui ne laissent pas d’autre choix que de marcher et qui font brûler les cuisses. 


Les terrains sont très variés. Il a aussi des passages plus découverts en haut des collines desquels on peut embrasser du regard le paysage alentour (j’ai d’ailleurs renoncé à mes chances de podium pour prendre quelques photos pour vous faire partager ces magnifiques vues ;) ). 




Il y a un passage qui m’a particulièrement marqué, très joli, au niveau du 6ème kilomètre où l’on suit le cours d’une petite rivière (Le Ruillat) et où le chemin nous fait le traverser 6-7 fois en sautillant sur des pierres. Premier passage nickel, deuxième passage, puis la chaussure gauche qui se retrouve trempée et puis un peu plus loin c’est la chaussure droite qui prend l’eau pour faire bonne mesure. Ça pourrait être pire, une des concurrentes glisse et prend un bain jusqu’aux genoux dans le cours d’eau. La plupart des descentes sont assez roulantes mais quelques-unes sont techniques, juste ce qu’il faut pour être sympathiques. J’ai glissé quelques fois mais sans jamais finir par terre ! Il restait également un peu de neige par endroit, ce qui donne aussi des passages gadouilleux. 

Au 20ème km, c’est la dernière côte, assez courte mais bien raide dans une vigne. Par chance le terrain y est sec ce jour-là. Très difficile cette côte, au moment de la course où le mental commence à flancher (mais les organisateurs ont penser à installer une sono pour se motiver). Mon chéri qui a fait de son côté la version 11km du trail me récupère à cet endroit pour m’encourager jusqu’à la fin et en profite pour immortaliser cette montée dans la souffrance. Au final, l’ensemble est très varié et ludique, le paysage très chouette, et les 3h de courses sont passées plutôt vite faisant abstraction de la fatigue et des douleurs qui commencent à poindre aux deux tiers de la course.


L’ambiance est très conviviale, des marches sont organisée autour de 5 parcours en plus des deux trails. Le but de la manifestation est de récolter des fonds pour financer les projets de l’école locale (sorties scolaires, matériel, etc). A de nombreuses reprises on croise les marcheurs sur le parcours qui sont souvent en famille, avec chien et enfants et ne sont pas avare d’encouragements et de mots sympathiques. Mention spéciale pour l’orga qui est au top. Le parcours est parfaitement balisé et ponctué de petits panneaux humoristiques qui font du bien au moral lorsqu’il faut s’attaquer à une grosse côte. On a même droit à un repas (frugal mais chaud) en fin de course servi dans le cadre historique et très agréable du prieuré de Champdieu.

Je suis super contente d’avoir fait cette course et je vous la recommande si vous avez l’occasion.

Course : Trail des écoliers (42)
Date : 04/03/2018
Distance : 21km
Dénivelé positif : 900m
Temps réel : 3h12’27’’
Prix : 16€

Liste des trails auxquels j'ai participé (la taille des bulles représente le temps de course)

Commentaires

Popular Posts

Le masque merveilleux par Ultra Doux : l'erreur de la débutante

Les produits Ultra Doux et moi, c’est une longue histoire d’amour. Mais les histoires d’amour finissent mal, en généraaaal ... 

Festival des Templiers - Marathon du Larzac

Pour le dernier trail de la saison, nous nous attaquons à l’un des plus gros évènements trail de France: le festival des Templiers. Ce n'est pas moins de 14 courses aux formats variés qui sont proposées et qui attirent plus de 10000 coureurs de 45 nationalités différentes. La course la plus emblématique est la grande course des Templiers le dimanche mais qui, pour la première fois en 25 ans d'existence, a été annulée pour raison météorologique cette année. Par chance, avec mes amis, nous avions opté pour des courses qui se déroulaient le vendredi matin pour lesquelles nous avons eu d'excellentes conditions climatiques. Ces courses avaient surtout l'avantage d'être limitées à quelques centaines de participant permettant une ambiance plus intimiste.  La course n'a pas commencé qu'on en prend déjà plein les mirettes Après 7h de route jeudi, nous avons récupéré nos dossards, puis nous avons fait un tour rapide du salon du trail très bien fourni av

DeNovo : la (petite) marque française de cosmétiques éthiques et naturels qui gagne à être connue

Cela fait très longtemps que je voulais faire un article dédié à cette jolie marque. J'ai attendu un peu pour avoir testé un bon panel de produits et je vous présente aujourd'hui mes impressions sur tout ce que j'ai testé depuis un peu plus d'un an.