Accéder au contenu principal

Le Trail des Deux Amants

La légende raconte que sur le petit revers du coteau où s'étendent maintenant les maisons rustiques d'Amfreville sous les Monts, se déployaient jadis les hautes murailles d'un puissant château, dont les ruines ont disparu depuis longtemps. Là régnait un tyran. Sa fille, d'une rare beauté, inspira une violente passion à un chevalier du voisinage, qu'elle aimait. Le père de la damoiselle, voyant leur amour d'un œil défavorable, attacha à leur union une condition. Le chevalier ne devait obtenir le titre d'époux qu'après avoir, sans se reposer ni s'arrêter, porté son amante sur ses épaules, du pied de la côte au sommet, par le sentier rapide qui s'élève audacieusement vers le ciel. Rien n'étonne son courage, n'affaiblit sa résolution. Il part. Il est près d'arriver aux pavillons magnifiques élevés sur la plate-forme où les juges l'attendent pour le couronner : tout à coup, il chancelle, il tombe ; la jeune fille le relève, et, voyant que ce n'est plus qu'un cadavre, elle le prend dans ses bras et se précipite avec lui du haut de la roche. Le vieux châtelain, accablé de douleur, fit élever sur la plate-forme, une chapelle funéraire qui devint un vaste moutier, appelé le Prieuré des Deux Amants.

C’est de ce petit conte connu de tous les habitants des environs que la Côte des Deux Amants tient son nom et c’est là, au confluent de la Seine et de l’Andelle, que s’est tenu ce dimanche la 8ème édition du Trail des Deux Amants. Je vous rassure, les temps ayant changés, mon amoureux n’a pas eu à faire la course en me portant sur son dos ;)

Préparation du matériel

Au réveil, nous avons ouvert les volets sur un épais brouillard et nous sommes arrivés sur le départ avec un ciel couvert, puis finalement le soleil nous a honoré de sa présence dès le top départ jusqu’à l’arrivée. Des conditions idéales donc pour profiter des magnifiques vues sur le Lac des Deux Amants et les environs. C’est une course assez roulante, avec de nombreuses zones de plat entrecoupées par 4 grosses bosses.

Selfie sur la ligne de départ

Après un petit goulet pour sortir du stade où le départ est donné, qui donne lieu tous les ans à un embouteillage, on commence par 4km de plat dans les champs et en bords de Seine. Ça colle sous les chaussures mais ça pourrait être pire. Après cela, première montée pour arriver sur un monotrace à flanc de colline permettant d’admirer les coteaux calcaire qui baignent dans la brume matinale puis on redescend pour un nouveau passage plat en en bord de Seine. 

Vue depuis le monotrace

On remonte ensuite pour la deuxième montée, certainement la plus impressionnante et raide. Une fois là-haut pas le temps de se retourner pour admirer, il faut relancer ! On emprunte la route sur 50m et on prend un petit chemin sur la gauche qui est le plus technique du parcours. Descente très abrupte, recouverte de racines et de calcaire qui se détachent sous les pieds, dur dur de garder l’équilibre. Sur le côté, plus terreux, le sol est meuble à cause du temps humide des derniers jours, ce n’est pas beaucoup mieux… Tant bien que mal on arrive en bas de ce passage difficile et on reprend un chemin herbeux et bien plus roulant où l’on peut lâcher les chevaux jusqu’en bas. 

La deuxième montée

A peine arrivés en bas de la colline, il faut la gravir à nouveau. On arrive à un passage relativement plat sur le plateau. Sur les chemins au milieu des champs on rejoint le parcours des marcheurs nordiques qui vont nous accompagner jusqu’à la fin. Passage par le ravito et nous revoilà en forêt pour la descente, certains passages sont un peu difficiles, raides et glissants entre la terre un peu grasse et les feuille mortes mais globalement on peut envoyer. 

On se retrouve à nouveau en bas de la colline, on suit sur quelques centaines de mètres l’ancienne voie ferrée et c’est parti pour la dernière montée jusqu’au fameux Panorama des Deux Amants où je sors rapidement mon portable pour une photo volée avant d’entamer la dernière descente. Cette dernière descente est savoureuse, relativement facile et on retrouve des forces sachant que l’arrivée n’est plus si loin. 

Vue depuis le panorama pendant la course
Panorama pris l'année dernière l'après-midi (on voit quelque coureurs du 50km)

Il reste les fameux 4km de plat à refaire dans l’autre sens pour retrouver l’arche de l’arrivée. Les 4km les plus longs du monde. Je me suis fait avoir l’an passé, cette année je suis bien décidée à ne pas craquer sur ces derniers km. Je parviens à maintenir une allure satisfaisante et je me concentre sur mon souffle mais sur le dernier kilomètre malgré tout, l'allure dégringole. Heureusement, comme d’habitude mon chéri est venu me chercher pour m’encourager sur les 500 derniers mètres et me redonne un peu de force pour accélérer dans la dernière ligne droite et passer la ligne d’arrivée avec un beau sourire et un coucou pour papa et maman.

A l'arrivée :)

A l’arrivée mon temps de l’an passé battu de quelques minutes, une belle progression en terme de classement (d’ailleurs je signe mon meilleur classement de ma jeune carrière sportive \o/ ) et surtout une course mieux gérée. Le métier qui rentre il faut croire :) En tout cas, le soleil est était cette année encore au rendez-vous et les paysages valent le détour (et je ne dis pas ça parce que c’est chez moi :P), vous vous joignez à moi l’année prochaine ?


Course : Trail des Deux Amants (27)
Date : 08/04/2018
Distance : 18 km
Dénivelé positif : 520m
Temps : 2h11'11'' (vs. 2h14'16'' en 2017)
Prix : 13€ (+1,45€ de frais)

Le parcours (on croirait que c'est plat vu d'en haut !)

Evolution de mon classement sur le TDA : cette année j'arrive dans la première moitié du classement général et dans le premier quart du classement féminin, ce qui ne s'était jamais produit auparavant :)

Commentaires

Popular Posts

Le masque merveilleux par Ultra Doux : l'erreur de la débutante

Les produits Ultra Doux et moi, c’est une longue histoire d’amour. Mais les histoires d’amour finissent mal, en généraaaal ... 

Festival des Templiers - Marathon du Larzac

Pour le dernier trail de la saison, nous nous attaquons à l’un des plus gros évènements trail de France: le festival des Templiers. Ce n'est pas moins de 14 courses aux formats variés qui sont proposées et qui attirent plus de 10000 coureurs de 45 nationalités différentes. La course la plus emblématique est la grande course des Templiers le dimanche mais qui, pour la première fois en 25 ans d'existence, a été annulée pour raison météorologique cette année. Par chance, avec mes amis, nous avions opté pour des courses qui se déroulaient le vendredi matin pour lesquelles nous avons eu d'excellentes conditions climatiques. Ces courses avaient surtout l'avantage d'être limitées à quelques centaines de participant permettant une ambiance plus intimiste.  La course n'a pas commencé qu'on en prend déjà plein les mirettes Après 7h de route jeudi, nous avons récupéré nos dossards, puis nous avons fait un tour rapide du salon du trail très bien fourni av

DeNovo : la (petite) marque française de cosmétiques éthiques et naturels qui gagne à être connue

Cela fait très longtemps que je voulais faire un article dédié à cette jolie marque. J'ai attendu un peu pour avoir testé un bon panel de produits et je vous présente aujourd'hui mes impressions sur tout ce que j'ai testé depuis un peu plus d'un an.