Accéder au contenu principal

Samoëns Trail Tour

Un peu en retard par rapport à d’habitude voici le compte rendu du Samoëns Trail Tour qui a eu lieu le 16 juin dernier.

Au retrait des dossards

Racepack

Nous avons décidé de participer à cette course sur proposition de mon amoureux. Etant donné les images époustouflantes sur le site de la course je ne pouvais qu’être tentée. Nous avons pris la route vendredi matin et sommes arrivés en milieu d’après-midi sur place. Nous avons donc pu prendre le temps de retirer nos dossard et de repérer le départ de la course pour être fin prêts samedi matin. Nous avons engrainés dans l’aventure 8 amis, 4 coureurs, 2 novices et 2 bénévoles sur la course. Sur place, il y avait également 4 autres amis du club de Pontault. C’est donc en force que nous avons pris le départ sur 3 des 4 différentes courses proposées.

La dream team avant le départ

En amoureux avant le départ

Nous sommes 4 au départ du Trail Découverte, après un bon échauffement nous prenons place dans le sas de départ. Une fois le départ donné ça part très doucement dans le milieu du peloton, je quitte donc mes compagnons pour avancer plus vers l’avant à une allure qui me convient mieux et je sais que ça risque de bouchonner dans la montée donc autant prendre de l’avance. Après le premier kilomètre on entame la montée et ça ne loupe pas, il faut zigzaguer pour dépasser ceux qui peinent. Au moins la moitié des coureurs sont équipés de bâtons, il faut donc faire attention à ne pas se faire embrocher au passage. J'en ai pour une heure de montée pratiquement tout en marchant car la pente est raide mais une fois sortis des bois on est récompensé par une vue splendide sur le Mont Blanc ensoleillé, c’est le moment de dégainer pour prendre une photo souvenir.

Vue sur le Mont Blanc

Concentrée
Peu après, c’est le premier ravito. J’attrape juste un poignée de cacahuètes pour le sel et c’est reparti, je ne veux pas perdre mes jambes en m’arrêtant. J'ai des gels et des barres sur moi pour manger en route et garder la pêche. En plus, le chrono indique environ 1h alors qu’un tiers des kilomètres sont parcourus et pratiquement tout le dénivelé positif avalé. Je me dis donc que finir sous la barre symbolique des 3h est à ma portée si je continue sur ma lancée. 

C’est parti pour une grosse partie de descente. Le chemin est principalement en forêt. Les fortes pluies de la semaine ont rendu le terrain très gras, et nos amis du 33km passés avant nous ont bien labouré le sol. Par endroit, c’est la patinoire ! Beaucoup descendent en partie sur les fesses (à l’arrivée on verra des shorts et des chaussures particulièrement boueux…), j’exécute moi-même une belle glissade avec un 180°. J’arrive à me rattraper mais avec les mains. Bon, la jupette s’avère utile pour s’essuyer les mains pleines de bouillasse! Un peu plus tard un bénévole fait la circulation : une concurrente qui a chuté est avec un secouriste dans le passage. Ca refroidit. Moi déjà un peu frileuse dans les descentes, je redouble de vigilance tout en essayant de ne pas perdre trop de temps. C’est compliqué mais ça a ce petit côté ludique qu’on aime dans le trail. Au bout d’un moment les quadriceps sont fatigués de cette longue descente à jouer sur la retenue, heureusement j’arrive déjà au deuxième ravito. Une nouvelle poignée de cacahuètes et on enchaîne sur du plat. Il faut cependant rester lucide car tout du long de grosses racines coupent le chemin, il faut bien lever les pieds, ce qui n'est pas si facile que ça avec la fatigue.

Au 14ème kilomètre, la dernière bosse d’environ 150m nous attends. Ca pique mais bon maintenant c’est dans la tête. Quand on prend le chemin pour redescendre vers la base de loisirs de Samoëns, j’ai une pensée pour ceux du 33 car c’est à cet endroit que les deux parcours se dissocient et pour eux la montée était loin d’être finie ! 

J’arrive enfin au niveau du lac, j’entends le speaker et j’aperçois l’arche, je pense être presque arrivée, j’ai hâte ! Mais en fait il reste encore un bon kilomètre car il faut faire tout le tour du lac avant l’arrivée, ça parait interminable, les jambes sont bien raides. Je ne peux même pas vraiment accélérer sur la fin mais je franchis la ligne tout sourire, heureuse d’avoir relevé ce nouveau défi, contente des bonnes sensations tout au long de la course et agréablement surprise par mon chrono. Je file m’allonger sur l’herbe à l’ombre pour reprendre mon souffle et mes esprits et reposer mes pauvres guibolles. Je suis la première à finir, il ne reste plus qu’à attendre l’arrivée des autres en profitant du soleil.

L'arrivée !

Vue sur le Criou (premère montée) depuis le village de Samoëns

Bilan positif donc pour mon premier « vrai » trail i.e. à la « vraie » montagne. La météo était au top, le paysage très agréable et les jambes au rendez-vous. Au final, je fais même mon meilleur classement général (206/504). Ça motive pour persévérer à l’entrainement et continuer à progresser.


Course : Samoëns Trail Tour : Trail Découverte (74)
Date : 16/06/2018
Distance : 18 km
Dénivelé positif : 1000m
Temps : 2h45'30''

Parcours et profil de la course

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Popular Posts

Le masque merveilleux par Ultra Doux : l'erreur de la débutante

Les produits Ultra Doux et moi, c’est une longue histoire d’amour. Mais les histoires d’amour finissent mal, en généraaaal ... 

Festival des Templiers - Marathon du Larzac

Pour le dernier trail de la saison, nous nous attaquons à l’un des plus gros évènements trail de France: le festival des Templiers. Ce n'est pas moins de 14 courses aux formats variés qui sont proposées et qui attirent plus de 10000 coureurs de 45 nationalités différentes. La course la plus emblématique est la grande course des Templiers le dimanche mais qui, pour la première fois en 25 ans d'existence, a été annulée pour raison météorologique cette année. Par chance, avec mes amis, nous avions opté pour des courses qui se déroulaient le vendredi matin pour lesquelles nous avons eu d'excellentes conditions climatiques. Ces courses avaient surtout l'avantage d'être limitées à quelques centaines de participant permettant une ambiance plus intimiste.  La course n'a pas commencé qu'on en prend déjà plein les mirettes Après 7h de route jeudi, nous avons récupéré nos dossards, puis nous avons fait un tour rapide du salon du trail très bien fourni av

DeNovo : la (petite) marque française de cosmétiques éthiques et naturels qui gagne à être connue

Cela fait très longtemps que je voulais faire un article dédié à cette jolie marque. J'ai attendu un peu pour avoir testé un bon panel de produits et je vous présente aujourd'hui mes impressions sur tout ce que j'ai testé depuis un peu plus d'un an.