Accéder au contenu principal

[ Maroc 2018 ] J4 - Ascension du Timesguida (2ème plus haut sommet) et un petit tour au Tizi n'Ouanoums

Rando : Ascension du Timesguida (4088m) + Tizi n'Ouanoums (3664m) depuis le Refuge des Mouflons (3200m) [12,4km - 06h00 - D+1200]

Comme à notre habitude maintenant  nous descendons pour le petit déjeuner à 8h. L’organisation de ce refuge étant ce qu’elle est nous devons patienter un peu et donc c’est seulement à 9h20 que nous pourrons nous mettre en route. Nous avons gravit la veille le Toubkal, le plus haut sommet de l’Atlas. Nous aurions pu en rester là mais comme on aime bien les défis on remet ça avec le deuxième plus haut sommet : le Timesguida à 4088m.  

Le soleil est toujours au rendez-vous mais un vent glacial s’est levé et rafraichit l’air. On monte tout droit depuis le refuge vers le col  tout au fond de la vallée. Le chemin est relativement facile et monte en pente plutôt douce même si bien entendu avec l’altitude notre souffle ne nous permet pas d’avancer très vite. La pente se raidit ensuite jusqu’à atteindre ce fameux Tizi n’Ouagane où la vue est une peu limitée par un névé.  

Arrivée sur le névé

En approchant tout au bord
On bifurque alors vers la droite où on arrive rapidement à un passage assez impressionnant qui nous permet de nous adonner à quelques mètres d’escalade facile… Âmes sensibles, s’abstenir. Après ce petit passage vertigineux, on retrouve un sentier dans les éboulis qui, vent de face et fatigue arrivant, parait interminable.   

Parcours sur la crête

Trop chou
Petit check du topoguide car on ne sait plus trop si on est sur le chemin ou non

Et dire qu'on vient de tout là-bas au fond

Petite séance d'escalade

Dernier faux plat avant le sommet, un peu long

Après 3h d’effort, nous voilà enfin au sommet et le vent y est encore plus fort.  Heureusement, un petit abri en pierre a été érigé par des prédécesseurs et nous permet de pique-niquer relativement confortablement. 

La récompense : la vue

Et de l'autre côté
Bien installés pour notre pique-nique

Sur cette montagne nous ne croiserons personne de la journée, nous sommes seuls au monde. Nous reprenons le même itinéraire pour redescendre. J’appréhende un peu à la partie escalade en descente mais finalement c’est presque moins impressionnant qu’à l’aller. Après 1h de descente environ, sur un replat à l’abri du vent, nous nous installons sur un grand rocher à peu près plat et bien chaud pour notre traditionnelle sieste. Pour se réveiller et reprendre des forces pour les dernières heures de marche, nous prenons un petit goûter avant de se remettre en route. 

Alors que nous sommes à un peu plus d’une demi-heure du refuge, nous faisons un détour pour monter jusqu’au Tizi n’Ouanoums à 3664m qu’on nous a recommandé pour la vue sur le lac d’Ifni où nous n’aurons  pas le temps d’aller. C’est reparti pour environ 40 minutes de grimpette pour accéder au point de vue au niveau du col et après une courte pause nous redescendons en moins de 30 minutes. Il nous reste plus qu’à rejoindre le refuge. 

On aperçoit le début du lac d'Ifni depuis le col

C’est dans un refuge méconnaissable que nous arrivons. Il y a énormément de monde, énormément de bruit. On nous demande de nous mettre à table dès notre arrivée… Même pas le temps de passer par la case douche. Finalement, après une attente qui nous paraît interminable dans la pénombre de la salle à manger, les groupe électrogène est enfin enclenché et la salle éclairée. Le repas est alors servi. Cela nous aura permis de faire connaissance avec un père et son fils qui font le Toubkal le lendemain, puis un  groupe de quatre français. Le service se fait de manière quelque peu anarchique : le manque d’organisation se fait plus cruellement sentir lorsque le refuge est bondé. Après le repas, nous tentons la douche. Il y a un peu d’attente. Dans un des deux douches qui fonctionnaient la veille le pommeau a disparu… J’expérimente donc la douche directement au tuyau avec une eau tantôt brulante tantôt froide. Contrairement aux jours précédents où nous prenions notre douche avant le déclenchement du groupe électrogène et donc dans la pénombre, ce soir là on peut constater l’état de crasse de la douche dans toute sa splendeur. Bref, le principal c’est de pouvoir se laver et nous  savons que nous retrouverons un peu de confort dès le lendemain à notre retour au riad.

Coucher de soleil sur mer de nuage : magique

Commentaires

Popular Posts

Le masque merveilleux par Ultra Doux : l'erreur de la débutante

Les produits Ultra Doux et moi, c’est une longue histoire d’amour. Mais les histoires d’amour finissent mal, en généraaaal ... 

Festival des Templiers - Marathon du Larzac

Pour le dernier trail de la saison, nous nous attaquons à l’un des plus gros évènements trail de France: le festival des Templiers. Ce n'est pas moins de 14 courses aux formats variés qui sont proposées et qui attirent plus de 10000 coureurs de 45 nationalités différentes. La course la plus emblématique est la grande course des Templiers le dimanche mais qui, pour la première fois en 25 ans d'existence, a été annulée pour raison météorologique cette année. Par chance, avec mes amis, nous avions opté pour des courses qui se déroulaient le vendredi matin pour lesquelles nous avons eu d'excellentes conditions climatiques. Ces courses avaient surtout l'avantage d'être limitées à quelques centaines de participant permettant une ambiance plus intimiste.  La course n'a pas commencé qu'on en prend déjà plein les mirettes Après 7h de route jeudi, nous avons récupéré nos dossards, puis nous avons fait un tour rapide du salon du trail très bien fourni av

DeNovo : la (petite) marque française de cosmétiques éthiques et naturels qui gagne à être connue

Cela fait très longtemps que je voulais faire un article dédié à cette jolie marque. J'ai attendu un peu pour avoir testé un bon panel de produits et je vous présente aujourd'hui mes impressions sur tout ce que j'ai testé depuis un peu plus d'un an.