Accéder au contenu principal

Bilan sportif 2018

Bonne année 2019 à ma toute petite communauté de lecteurs ! Merci de me lire, régulièrement ou pas, et de me suivre dans mes aventures. Je souhaite à tous que cette nouvelle année vous apporte amour et joies ainsi que de la réussite dans tous vos projets qu’ils soient professionnels, sportifs ou personnels.

Pour ma part, je commence l’année comblée de bonheur avec tout un tas de beaux projets pour 2019 qui s’annonce très riche en émotions. Côté blog, vous l’aurez constaté, devant le manque de temps cette année, je me suis de plus en plus concentrée sur les comptes rendus de course. C’est tout simplement parce que à l’heure actuelle c’est ce qui me fait le plus plaisir de partager.

Je profite de ce petit post de début d’année pour faire un petit bilan de ma saison sportive 2018. Le constat est extrêmement positif. J’ai atteint tous les objectifs que je m’étais fixée (et même bien plus !) malgré quelques petits tracas en cours de route.


J’ai passé tout l’hiver à travailler ma VMA pour gagner en vitesse. J’ai mangé de la piste par tous les temps et j’ai progressé à vue d’œil. D’une séance sur l’autre j’améliorais mes chronos de plusieurs secondes. C’était hyper motivant. J’arrive donc tout feu tout flamme pour ma première compétition de l’année, les Foulées d’Etampes mi-février. Malheureusement, le jour J je me réveille barbouillée et pas en forme. Je me suis peut-être mise un peu trop de pression. Je cours quand même mais les sensations ne sont vraiment pas terribles, j’ai mal au ventre, j’ai froid et je suis fatiguée. Je repars tout de même avec un chrono sous les 55’ qui était l’objectif initial et un nouveau record personnel mais aussi un grand sentiment d’insatisfaction. Je pense déjà au prochain 10km où je pourrais faire une course à la hauteur de mes attentes. Normalement, ce sera le Tour de Houilles fin avril.

Début mars, je cours mon premier trail de plus de 20km dans la Loire avec le trail des Ecoliers. Je mets plus de 3h pour franchir la ligne d’arrivée mais je suis contente de simplement avoir relevé le défi. Les sensations sont agréables sauf les 2 ou 3 derniers kilomètres qui sont très durs. J’en garde toutefois un excellent souvenir et le parcours était très sympa. Objectif trail de plus de 20km -> check.

Deux semaines plus tard je prends le départ du Semi-Marathon des Boucles de la Seine. C’est là que j’ai couru mon premier semi deux ans plus tôt. J’ai tellement progressé depuis, rien à voir avec cette première fois où je n’avais aucune idée de ce que je faisais. Encore une fois, je joue de malchance, j’ai choppé un rhume dans la semaine avant, je prends le départ avec une petite forme. J’arrive à gérer la première moitié mais ensuite j’explose et je ne bat même pas mon dernier RP. Je reste quand même sous la barre des 2h ce qui me console un peu.

Début avril, c’est le Trail des Deux Amant, c'est sur cette course que je faisais mes premiers pas en trail en 2017. J’y retourne plus expérimentée et encore mieux préparée. Les sensations sont top avec des conditions idéales. Je ne gagne que 3 minutes mais pas mal de places au classement. Je finis pour la première fois dans la première moitié du classement au scratch et dans le premier quart féminin. La saison est enfin bien lancée.

Le 21, le jour de mon anniversaire je chute bêtement à l’entrainement pendant l’échauffement. Résultat : quelques égratignures et un petit hématome au genou. Frustrée d’avoir du interrompre la séance, je prévois une sortie longue le lendemain. Je découvre que la douleur au genou est très gênante. Je finis ce que j’avais prévu malgré tout mais je peux à peine marcher après ça. Après quelques jours à boiter, je vais chez le médecin. Il me confirme un hématome et me rassure, une ou deux semaines de repos et ça ira mieux mais mieux vaut renoncer à mon 10km à Houilles. Après 2 semaines de repos, de glace et d’arnica, je retourne chez le médecin car il m’est toujours impossible de marcher normalement et de plier ma jambe au bureau. L’hématome est plus profond que prévu, c’est plutôt un œdème et il n’y a rien à faire qu’attendre que les tissus se réparent. C’est finalement 5 semaines que j’ai du attendre pour que la douleur disparaissent. C’était long, très très très long… Je suis aussi passée à côté du trail du Couesnon en Bretagne que j’avais prévu.

J’ai pu reprendre par des footings une semaine avant le trail du Taennchel en Alsace début juin. J’appréhendais un peu car je n’étais pas du tout préparée et il s’agissait quand même d’une grosse course pour moi avec presque 23km et plus de 1000m de dénivelé, le plus gros que j’ai jamais fait. Finalement, ça s’est hyper bien passé, je l’ai bouclé contre toutes mes attentes en moins de 3h et j’ai passé un super bon moment avec la fine équipe du PAAC. Que de progression depuis le trail des Ecoliers du début d'année !

Deux semaines plus tard, j’étais de nouveau sur les sentiers pour mon premier trail dans les Alpes à Samoëns. A nouveau, des bonnes jambes et des sensations au top pour cette course sous le soleil, entourée de magnifiques montagnes. Je fais 206/504 au scratch et je suis dans le 1er tiers féminin, pas si mal sans de vraie préparation des côtes :)

Après une pause pendant une semaine de vacances dans l’Atlas marocain, très motivée par ces courses qui se sont hyper bien passées, je passe à 4 sorties par semaine. Fin juillet, direction les Ardennes belges pour ma première course à l’étranger. Un trail très court de 12km mais au parcours surprenant. Je me place dans le 1er tiers au scratch et pour la première fois je suis dans le top 10 féminin (seulement 63 participantes, certes, mais quand même). J’aurais même pu faire mieux si je ne m’étais pas fait autant reprendre dans la dernière descente, cela reste mon gros point faible en trail.

Je continue de beaucoup m’entrainer sur le mois d’août, entre sortie longues le week-end et séances de vitesse la semaine. D’ailleurs, je bats mon record de kilomètres en bornant 216km ce mois-là. J’ai prévu de refaire enfin un 10km en octobre, toujours ennuyée par ma performance en demi-teinte à Etampes, mais ça me parait bien loin alors que je me sens très en forme et prête à faire péter le chrono. Finalement, je décide au dernier moment de participer aux 10km d’Heudebouville pour me tester. A cause de la grosse montée à la fin de la course je perds pas mal de temps et je finis en 50’50’’ mais je suis très contente car j’acquière la certitude que sur un parcours roulant je suis capable de passer sous la barre des 50’ que je convoite depuis Janvier 2017 et que je ne pensais atteindre qu’en 2019.

Début septembre, je reprends le départ du Trail de Châtel-Montagne auquel j’avais également participé en 2017. Je me suis clairement fixée l’objectif de monter sur le podium. A la fois ça me met une pression d’enfer, de l’autre côté ça me donne de la motivation pour me dépasser comme jamais. Ambition à double tranchant... Je me place dans le top 3 dès la première côte (les filles devant moi étaient sur la course plus longue qui partait en même temps, donc à partir du ravito j'étais en tête), dans les descentes, grâce à mes toutes nouvelle Torrent de chez Hoka One One, je prends beaucoup plus confiance que d’habitude et j’arrive à maintenir mon avance tout au long de la course malgré une erreur de parcours. Je franchis la ligne d’arrivée tellement fière et à la fois incrédule. Si on m’avait dit un jour que moi, la nulle en sport, l’éternelle dernière du cross de l’école, la dernière choisie dans l’équipe en sport co, je gagnerais une course un jour, aussi petite soit-elle ! Toujours est-il que je savoure ma petite victoire sous le soleil auvergnat et c’est là sûrement mon plus beau souvenir sportif de l’année.

Après une nouvelle pause de deux semaines pour aller arpenter les Rocky Mountains dans le Wyoming, je reprends l’entrainement, maintenant licenciée au club des Foulées de Saint-Germain, et j’enchaine sur un nouveau défi : mon premier 30km avec le trail des Rois Maudits sur mes terres natales. J’ai décidé de m’inscrire sur un marathon en 2019 et j’ai besoin de cette course pour me tester et comment gérer une course de 4h. Le test est concluant, je termine ce trail en moins de 4h et les sensations ont été bonnes tout au long de la course. Je suis partie tranquillement, je suis montée en puissance au fur et à mesure en écoutant mes sensations, les derniers kilomètres ont été un peu difficiles mais rien de bien méchant. Je finis encore une fois dans la première moitié au scratch et premier tiers féminin, ce qui ne me semble pas mal pour une première fois sur la distance. J’ai hâte de retenter l’expérience. Objectif trail de plus de 30km -> check avec un an d’avance.

Je peux maintenant me consacrer à la préparation du semi-marathon de Boulogne-Billancourt en novembre sous la direction du coach route du club. Le mois d’octobre est intense, je franchis une deuxième fois la barre des 200km mensuels. Mi-octobre, c’est enfin l’heure de montrer ce dont je suis capable sur 10km à Vélizy. La course est intense mais le résultat est là avec un RP de 48’19’’. Objectif 10km <50’ -> check avec plusieurs mois d’avance

Quatre semaines plus tard, le tant attendu semi qui m’a valu mon RP en 2017. Les sensations ne sont pas vraiment au rendez-vous mais avec l’aide de Delphine et Aude du club que je suis sur les derniers kilomètres, le contrat est rempli : objectif semi <1h50’  -> check avec un an d’avance.

Dès le week-end suivant s’ensuit un planning très chargé qui commence avec un petit trail en Occitannie intense mais avec de bons résultats. J’enchaine avec mes premières foulées dans le monde du cross adulte aux Mureaux. Je (re)découvre la difficulté du cross et les bas de classement... Je termine cette série de compétions par la Chocotrail à mi-chemin entre le trail let le cross, parfait entrainement pour la saison hivernale.

La saison s’est terminée sur une note un peu amère car je n’ai pas pu prendre le départ de la Corrida de Houilles le 30 décembre. Avec 40° de fièvre la veille de la course j’ai renoncé à la compétition. C’est important de ne pas brutaliser son corps car c’est grâce à lui que je fais tout ça alors je l’ai laissé combattre les microbes tranquillement même si je me sentais mieux et capable de courir une fois sous traitement. En plus, je n'avais pas envie de prendre le risque d'une contre-performance. Patience donc. J’ai quand même été à l’arrivée féliciter mon amoureux et nos amis du club qui avaient couru, c’était très frustrant de voir tous ces finishers arborer leur médaille et débriefer la course sans avoir pu prendre part à la fête. Mais ce n’est que partie remise ! En effet, dès le lendemain mon chéri avait déjà pris soin de m’inscrire sur les 10km du 14ème pour que je puisse me rattraper \o/ Vous pourrez bientôt lire si j’ai réussi à améliorer mon chrono malgré le manque d’entrainement, la fatigue et les galettes à la frangipane de début janvier.


Pour 2019, le programme est déjà chargé. Mes principaux objectifs sont de franchir la ligne d'arrivée de mon tout premier marathon (en moins de 4h si possible), de passer sous les 1h45' sur semi et sur 10km, j'espère continuer de gagner des minutes et, dans mes rêves les plus fous, passer sous les 45'. Côté trail allonger un peu les distances (plutôt des courses d'une trentaine de km vs la vingtaine de 2018) en gardant des bon classements.


Commentaires

Popular Posts

Le masque merveilleux par Ultra Doux : l'erreur de la débutante

Les produits Ultra Doux et moi, c’est une longue histoire d’amour. Mais les histoires d’amour finissent mal, en généraaaal ... 

Festival des Templiers - Marathon du Larzac

Pour le dernier trail de la saison, nous nous attaquons à l’un des plus gros évènements trail de France: le festival des Templiers. Ce n'est pas moins de 14 courses aux formats variés qui sont proposées et qui attirent plus de 10000 coureurs de 45 nationalités différentes. La course la plus emblématique est la grande course des Templiers le dimanche mais qui, pour la première fois en 25 ans d'existence, a été annulée pour raison météorologique cette année. Par chance, avec mes amis, nous avions opté pour des courses qui se déroulaient le vendredi matin pour lesquelles nous avons eu d'excellentes conditions climatiques. Ces courses avaient surtout l'avantage d'être limitées à quelques centaines de participant permettant une ambiance plus intimiste.  La course n'a pas commencé qu'on en prend déjà plein les mirettes Après 7h de route jeudi, nous avons récupéré nos dossards, puis nous avons fait un tour rapide du salon du trail très bien fourni av

DeNovo : la (petite) marque française de cosmétiques éthiques et naturels qui gagne à être connue

Cela fait très longtemps que je voulais faire un article dédié à cette jolie marque. J'ai attendu un peu pour avoir testé un bon panel de produits et je vous présente aujourd'hui mes impressions sur tout ce que j'ai testé depuis un peu plus d'un an.