Accéder au contenu principal

Championnats de cross des Yvelynes

En cette froide après-midi de janvier, direction Montesson, à quelques minutes de chez nous pour disputer pour la première fois les championnats départementaux de cross. Pour se garer c’est un casse tête car l’organisation n’a pas prévu assez de stationnement et la police municipale est sur place, carnet à souche à la main, pour réprimander les coureurs qui auraient l’audace de se garer sur le bas coté de la route. Après un tour de recherche, mon chéri me dépose afin que je ne sois pas en retard et part trouver une place. Je rejoins la tente du club et retrouve quelques amis. En voulant attendre les autres filles, on part s’échauffer un peu tard. Juste le temps de faire un footing très court et quelques accélérations puis on part chausser les pointes et se mettre en tenue.

Une fois dans la zone de départ, on refait quelques accélérations avec les pointes histoire de ne pas se refroidir. Il y a plus de monde sur la ligne de départ que lors de mon 1er essai aux Mureaux et c’est tant mieux. Quand le coup de pistolet est donné je me place juste derrière Aude de mon club, je sais qu’on a un niveau similaire sauf qu’elle a beaucoup d’expérience en cross. Mon but est de ne pas la lâcher de la course. Le parcours se compose d’une boucle moyenne puis deux grandes boucles. C’est assez roulant avec seulement une petite côte mais tout en relance. Comme aux Mureaux le départ est rapide, c’est violent, et je suis à bout de souffle très vite.
 
Sur la ligne de départ (oui on est bien mi-janvier)

A la fin de la première boucle je suis déjà au bout du rouleau et le parcours me parait interminable. Je sais que je n’ai même pas fait un tiers de la course et pourtant mon corps est au bord de l'implosion. Heureusement les garçons du club qui courent juste après nous et quelques conjoints sont là pour donner de la voix et nous encourager vigoureusement sur le parcours. Ca fait du bien au moral et ça rebooste à chaque fois. Je ne peux quand même pas faiblir alors que les copains sont là. Je continue donc à me focaliser sur une unique chose qui est le maillot d’Aude juste devant moi. A chaque fois qu’elle dépasse une autre fille je suis, même si les jambes n’ont pas envie, même si ça me parait au-dessus de mes forces. La deuxième boucle passe ainsi. Je suis lessivée et au début de la troisième je pense sincèrement que je ne vais réussir à tenir la distance. J’ai envie de finir en marchant.

Au train, je m'accroche
Mais c’est la dernière boucle, la fin n’est plus si loin alors le mental prend le relais. J’ai un peu envie de vomir dans la côte mais ça devra attendre plus tard car j’ai une course à finir. Aude aussi est un peu cuite et elle ralenti un peu, ce qui nous permet à toutes les deux de reprendre un peu de forces. Par moment, les rafales de vent nous donnent l’impression de ne plus avancer. Tant bien que mal on arrive sur la fin de la troisième boucle et alors là deux concurrentes attaquent et essayent de nous reprendre juste avant la dernière ligne droite. Je n’ai pas l’impression d’avoir la force de relancer mais pourtant il est hors de question que je laisse des places après m’être battue tout du long, je trouve alors une réserve inattendue qui me permet une dernière accélération, j’encourage Aude à faire de même car je veux qu'on finisse ensemble après cette course où elle m'a tirée tout du long. Elle parvient à me suivre et nous finissons à 1" d’écart, juste devant les filles qui avaient tenté de nous reprendre à la fin. Je suis qualifiée pour les régionaux IDF ouest (comme tout le monde !) mais je ne pourrais pas participer à cause d'un conflit d'agenda.

Relance dans la dernière ligne droite
Je sors de là dans un état second, complètement rincée. C'était très intense. Je pars me changer et mettre des habits chauds pour encourager les garçons à qui c'est le tour de courir. Ça me permet de me remettre un peu de mes émotions et ensuite à la tente du club c'est opération galette des rois, avec bières, café et même chocolat chaud ! Vivement l'année prochaine pour remettre ça avec cette super ambiance et aller jusqu'aux régionaux cette fois ci.

Course : Championnats de cross des Yvelynes (78)
Date : 13/01/2019
Distance : 6640m (mais suite à une erreur de mesurage, il semble que le parcours en réalité s'approchait plutôt des 7100m)
Temps : 36'02"
Classement : 79/128 au général et 38/57 SEF

Commentaires

Popular Posts

Le masque merveilleux par Ultra Doux : l'erreur de la débutante

Les produits Ultra Doux et moi, c’est une longue histoire d’amour. Mais les histoires d’amour finissent mal, en généraaaal ... 

Festival des Templiers - Marathon du Larzac

Pour le dernier trail de la saison, nous nous attaquons à l’un des plus gros évènements trail de France: le festival des Templiers. Ce n'est pas moins de 14 courses aux formats variés qui sont proposées et qui attirent plus de 10000 coureurs de 45 nationalités différentes. La course la plus emblématique est la grande course des Templiers le dimanche mais qui, pour la première fois en 25 ans d'existence, a été annulée pour raison météorologique cette année. Par chance, avec mes amis, nous avions opté pour des courses qui se déroulaient le vendredi matin pour lesquelles nous avons eu d'excellentes conditions climatiques. Ces courses avaient surtout l'avantage d'être limitées à quelques centaines de participant permettant une ambiance plus intimiste.  La course n'a pas commencé qu'on en prend déjà plein les mirettes Après 7h de route jeudi, nous avons récupéré nos dossards, puis nous avons fait un tour rapide du salon du trail très bien fourni av

DeNovo : la (petite) marque française de cosmétiques éthiques et naturels qui gagne à être connue

Cela fait très longtemps que je voulais faire un article dédié à cette jolie marque. J'ai attendu un peu pour avoir testé un bon panel de produits et je vous présente aujourd'hui mes impressions sur tout ce que j'ai testé depuis un peu plus d'un an.