Accéder au contenu principal

La Robert le Diable

J’ai été sérieusement occupée par mon déménagement donc je n’ai pas du tout du tout été assidue dans mes comptes rendus du mois de mars. C’est donc parti pour 3 CR pour le prix d’un ^^

Début mars donc, direction ma chère Normandie pour découvrir un nouveau trail non loin de mes terres d’enfance. Il s’agit de la Robert le Diable (les nom des trails normands sont toujours d’une grande poésie ;) ) qui part de Moulineaux, un petit village niché au creux d’une des boucles de la Seine en aval de Rouen. 

J’ai proposé ce trail aux coureurs de l’assoc de mon entreprise qui vont découvrir les côtes "casse pattes" des falaises de craie des boucles de Seine. Nous sommes arrivés la veille dans une charmante maison d’hôte où s’est tenue notre pasta party en toute simplicité et bonne humeur comme à l’habitude. Nous serons 4 au départ du 15km, 3 au départ du 30km et 4 en marche nordique.

Ambiance à la pasta party

Le dimanche matin nous partons pour Moulineaux sous un vent à décorner les bœufs … Heureusement le parcours en forêt nous protégera un peu. Je pars m’échauffer tranquillement et je vois un arbre tomber à quelques mètres de moi… Ça met l’ambiance ! A quelques minutes du départ le barnum qui abritait le ravitaillement manque de s’envoler et doit être démonté en urgence. A tout moment la préfecture peut annuler la course si le niveau de vigilance tempête passe à 2.

Photo départ

Finalement le départ est donné. Çà part plutôt mollement alors je slalome un peu pour pouvoir avancer dans le peloton et courir à mon rythme et je perds les copines. Après un peu plus d’un kilomètre dans le village on attaque la forêt et un kilomètre encore plus tard ça commence à bien monter. Nous passons ensuite dans un ancien tunnel ferroviaire pour lequel la frontale est exigée par les organisateurs. 

Le parcours se poursuit en forêt et le sol est bien gras. Difficile de courir pour moi par endroit qui n’aime pas trop quand ça glisse, en particulier dans les devers ou les descentes. J’essaye quand même de maintenir un bon rythme dès que le terrain le permet. Vers le km 8 j’entends un gros craquement : à nouveau un arbre qui a cédé aux assauts du vent. Je ne suis pas très rassurée et je presse la foulée. J’ai en ligne de mire depuis un moment une jeune fille et je me mets pour objectif d’arriver à la passer. Je finis par y arriver à la faveur d’une longue descente. S’en suit une montée un peu costaud et je force un peu pour garder mon avance. Un bénévole en haut de la côte m’assure que c’est la dernière difficulté du parcours (et bêtement je l’ai cru). Un énorme tronc barre le chemin un peu plus loin. J’ai un doute sur le fait que je suis bien sur le parcours mais après quelques hésitations et un retour en arrière je reprends le sentier.  

Au 11ème kilomètre, on arrive au fameux château de Robert le Diable qui donne son nom à la course. On en fait le tour en passant dans les douves puis on redescend de la colline vers le village et on a l’impression que c’est la fin donc je me fais plaisir et lâche les chevaux dans la descente en bitume. Mais que nenni, il nous reste bien 3km à faire et pour ça, les organisateurs, qui ont le sens de l’humour, nous au mis au programme la côte la plus difficile du parcours pour la fin. Ça grommèle chez les coureurs mais on est là pour ça, on aime bien en suer un peu.

En course au niveau du château

Le dernier kilomètre est fatal, plat et sur un joli chemin stabilisé mais le vent pleine face. Je ne lâche rien, pas si près de l’arrivée, et après le dernier petit tour sur le terrain de foot je franchis la ligne où m’attendent le président et ma maman. Je suis contente de ma course. Les sensations étaient bonne malgré des conditions météo pas franchement idéales et j’ai pu ensuite accueillir les autres coureurs de la bande à leur arrivée et nous débriefons joyeusement notre aventure. Premier trail de 2019 réussi et j'ai hâte d'être au printemps pour passer à la vitesse supérieure.



Course : La Robert le Diable (76)
Date : 10/03/2019
Distance : 15km D+400m
Temps : 1h45'30"
Classement : 103/213 au scratch, 14/67 au classement féminin et 9/20 SEF

A l'arrivée :)


L'équipe des marcheurs

Dédé qui a pris le départ en canicross

Les valeureux à l'arrivée du 30

Accueillie par ma maman

Commentaires

Popular Posts

Le masque merveilleux par Ultra Doux : l'erreur de la débutante

Les produits Ultra Doux et moi, c’est une longue histoire d’amour. Mais les histoires d’amour finissent mal, en généraaaal ... 

Festival des Templiers - Marathon du Larzac

Pour le dernier trail de la saison, nous nous attaquons à l’un des plus gros évènements trail de France: le festival des Templiers. Ce n'est pas moins de 14 courses aux formats variés qui sont proposées et qui attirent plus de 10000 coureurs de 45 nationalités différentes. La course la plus emblématique est la grande course des Templiers le dimanche mais qui, pour la première fois en 25 ans d'existence, a été annulée pour raison météorologique cette année. Par chance, avec mes amis, nous avions opté pour des courses qui se déroulaient le vendredi matin pour lesquelles nous avons eu d'excellentes conditions climatiques. Ces courses avaient surtout l'avantage d'être limitées à quelques centaines de participant permettant une ambiance plus intimiste.  La course n'a pas commencé qu'on en prend déjà plein les mirettes Après 7h de route jeudi, nous avons récupéré nos dossards, puis nous avons fait un tour rapide du salon du trail très bien fourni av

DeNovo : la (petite) marque française de cosmétiques éthiques et naturels qui gagne à être connue

Cela fait très longtemps que je voulais faire un article dédié à cette jolie marque. J'ai attendu un peu pour avoir testé un bon panel de produits et je vous présente aujourd'hui mes impressions sur tout ce que j'ai testé depuis un peu plus d'un an.