Accéder au contenu principal

Les Drayes du Vercors

On continue notre tour de France des trails avec une escapade dans le Vercors il y a 10 jours.

7h : réveil. Et là c’est le drame… Dehors un brouillard à couper au couteau et des trombes d’eau. Bon. On a pas fait 650 km pour flancher maintenant mais tout de même ma motivation vacille un peu. Pensée émue pour les copains qui sont déjà en train de courir sur le 50km…

Selfie avant le départ

Quand on finit par prendre la route le brouillard se lève peu à peu et il a arrêté de pleuvoir. On arrive sur place un peu à l’arrache car j’ai pris un peu trop de temps à préparer mes affaires. Du coup, pas le temps de s’échauffer, on nous fait déjà rentrer dans le sas. Le départ est donné à 9h tapantes. On commence par un peu de plat descendant qui permet de se mettre en jambes tranquillement. Comme on part à froid, j’essaye d’y aller mollo. Au bout de 2km c’est la première
montée, je suis un peu en difficulté au niveau du cardio, c’est là que l’échauffement aurait aidé. Ça se monte quand même plutôt bien, je marche tout de même pour m’économiser pour la suite qui va être longue avec quelques relances quand c’est possible. On enchaîne avec une deuxième petite bosse qui passe bien également. 

La troisième bosse est plus coriace : plus raide et surtout très très boueuse ce qui fait qu’on patine énormément. Je décide de sortir les bâtons pour m’aider à moins glisser. Sauf qu’avec la forte humidité ambiante les bâtons sont hyper glissants et j’ai aussi les mains bien moites donc je perds pas mal de temps à les déplier et surtout les verrouiller. Une fois ce petit contretemps réglé je repars de plus belle. Là-haut ça devient technique et rocailleux avec des passages où il faut mettre les mains comme j’aime. On arrive sur une arrête rocheuse impressionnante avec du brouillard de part et d’autre qui ajoute à la sensation de vide. On devine le paysage magnifique lorsque la vue est dégagée.

Le premier ravito nous attends juste avant la très longue descente où l’on va descendre 1000m de dénivelé sur 6 km. Je perds à nouveau un peu de temps pour ranger les bâtons pour me libérer les mains. Ça descend bien raide par endroit mais le terrain est agréable, très peu de boue mais plutôt une terre moelleuse avec beaucoup de feuilles mortes. Ça amorti bien les chocs et ça glisse un peu mais juste ce qu’il faut pour s’amuser un peu avec les dérapages. C’est là que je commence à ressentir les bienfaits du stage de trail par rapport à ma dernière expérience à Tiranges. Les cuisses sont renforcées avec tout le dénivelé avalé donc c’est beaucoup moins douloureux, les appuis sont plus solides et les sensations restent bonnes jusqu’en bas. J’ai également beaucoup moins d’appréhension que d’habitude, je prends du plaisir à jouer avec le terrain et même si je dois encore gagner en vitesse c’est beaucoup moins laborieux et plus fluide.

Qui dit longue descente dit aussi longue montée. Je suis au 16ème kilomètre en 2h30 environ mais si la moitié des kilomètres sont faits je sais que ce ça ne veut pas dire que la moitié de la course est derrière moi. On enquille sur un côte 800m de dénivelé sur 5,5km donc plutôt raide, soit pour moi 1h30 de montée. A nouveau c’est la galère avec les bâtons glissants mais je suis bien contente de les avoir pour soulager les cuisses. Il fait chaud et moite et cette côte n’en finit pas. Je marche le plus régulièrement possible pour perdre un minimum de temps et d’énergie. Un concurrente m’accroche sur toute la montée mais elle me mettra pratiquement 8 minutes dans la vue sur la fin de course d’où l’idée de continuer à travailler les relances et les descentes. Je perds également 2 minutes là-haut à papoter avec les bénévoles mais ça c’est le plaisir du trail.

On enchaîne avec 4 kilomètres de descente plutôt douce mais avec un peu plus de caillasses et de boue et j’ai un peu de mal peut être à remettre de l’intensité. Puis c’est la dernière montée dans laquelle je me surprends à réussir à alterner course et marche et à relancer dès que c’est un peu plat. C’est que j’ai réussi à doubler 3-4 personnes et j’ai bien envie de les laisser derrière moi. Là également je pense que le volume du stage trail a été bénéfique pour trouver les ressources pour réussir à courir après 5h d’effort.

Je m’applique pour ne rien lâcher jusqu’au bout mais ça commence à être long, je guette la montre depuis le km 25. Elle indique plus de 31km, l’arrivée ne doit plus être loin. Le ciel s’est assombri et quelques grosses gouttes commencent à tomber. J’aperçois le bâtiment du collège du village où se situe l’arrivée. J’entends même le speaker. Je remets encore un petit coup d’accélérateur, on arrive sur une route goudronnée en descente, mon type d’arrivée préférée, trop chouette ! Et puis bam ! Finalement on traverse une route et il faut grimper un nouveau raidillon. On part je ne sais où, cela me parait insurmontable, je suis énervée après les organisateurs et leur parcours légèrement sadique. Quand enfin je vois l’arche, je suis trop heureuse d’être enfin arrivée.

L'arrivée !!

Une fois remise de mes émotions je me dirige à la douche et ensuite dans le gymnase nous attends le repas des coureurs avec notamment des ravioles locales toutes chaudes :P Pendant ce temps là, l’orage se déchaîne dehors et je suis bien contente d’être arrivée avant que la météo se dégrade. On a vraiment eu de la chance de courir dans la bonne fenêtre de temps même si le terrain était légèrement détrempé.

Les chaussures ont pris cher O-O
En résumé, une belle expérience (comme toujours en fait !). Je suis très contente d’avoir réussi à me dépasser en faisant ma course la plus longue à ce jour. Le parcours était vraiment joli même si le brouillard est venu parfois gâcher le spectacle. A cause de la forte humidité impossible d’utiliser mon téléphone donc aucune photo (sauf à l'arrivée prise par mon chéri), je suis trop triste :( Une mention spéciale pour le balisage qui ne laissait aucune place au doute, jamais, vraiment super top. L’organisation vraiment parfaite pour cette 25ème édition (oui oui il s’agit d’un des plus vieux trail de France, créé avant même Les Templiers) et nous y retournerons avec plaisir à l’occasion.

Course : Les Drayes du Vercors – La Vertaco (26)
Date : 15/06/2019
Distance : 32km (33,7 à la montre) - D+ 1960m
Temps : 5h39'52"
Classement : 91/163 au scratch, 11/25 au classement féminin et 5/11 SEF


Quelques photos d'autres coureurs pour saisir l'ambiance ;)

Le brouillard
Les passages à flan de falaise


Quand ça se dégage

Exemple de passage technique

Commentaires

Popular Posts

Le masque merveilleux par Ultra Doux : l'erreur de la débutante

Les produits Ultra Doux et moi, c’est une longue histoire d’amour. Mais les histoires d’amour finissent mal, en généraaaal ... 

Festival des Templiers - Marathon du Larzac

Pour le dernier trail de la saison, nous nous attaquons à l’un des plus gros évènements trail de France: le festival des Templiers. Ce n'est pas moins de 14 courses aux formats variés qui sont proposées et qui attirent plus de 10000 coureurs de 45 nationalités différentes. La course la plus emblématique est la grande course des Templiers le dimanche mais qui, pour la première fois en 25 ans d'existence, a été annulée pour raison météorologique cette année. Par chance, avec mes amis, nous avions opté pour des courses qui se déroulaient le vendredi matin pour lesquelles nous avons eu d'excellentes conditions climatiques. Ces courses avaient surtout l'avantage d'être limitées à quelques centaines de participant permettant une ambiance plus intimiste.  La course n'a pas commencé qu'on en prend déjà plein les mirettes Après 7h de route jeudi, nous avons récupéré nos dossards, puis nous avons fait un tour rapide du salon du trail très bien fourni av

DeNovo : la (petite) marque française de cosmétiques éthiques et naturels qui gagne à être connue

Cela fait très longtemps que je voulais faire un article dédié à cette jolie marque. J'ai attendu un peu pour avoir testé un bon panel de produits et je vous présente aujourd'hui mes impressions sur tout ce que j'ai testé depuis un peu plus d'un an.