Accéder au contenu principal

Trail de Châtel-Montagne

Après maintes hésitation, j’ai décidé de prendre le départ de notre désormais traditionnel Trail de Châtel-Montagne. Moins de deux semaines après mon infiltration à la cheville avec 10 jours d’arrêt complet, je m’inscris la veille de la course un peu à l’arrache sur le 9km au lieu du 15km prévu.

Vue sur le village en haut de la dernière descente

C’est maintenant notre troisième participation à ce très sympathique évènement en montage Bourbonnaise que nous connaissons bien mais pour la première fois le soleil n’est pas au rendez-vous. Il fait un froid de canard. Mon chéri court son habituel 25km avec départ à 8h30. On arrive 45 minutes en avance, on récupère les dossards et il part à l’échauffement. Je vais voir son départ puis je pars  moi aussi à l’échauffement. Je prends le départ en manches longues, gants et Buff… 

Cette année pas de changement de parcours donc j’ai l’avantage de savoir à quoi m’attendre. On part en descente, je laisse les fusées partir vite. La première montée bien raide en lacets dans la forêt arrive, c’est souvent à ce moment qu’on est placé pour le reste de la course. Je remonte quelques personnes qui avaient été trop prétentieuses au départ dont une des trois filles qui étaient devant moi.
Une belle montée bien raide nous ramène dans le village, on monte une volée de marche de l’église romane du 13ème siècle et on repart de l’autre cotée pour une belle descente.

Je n'ai pas l'air très contente d'être là mais le cœur y était pourtant ;)
Je suis troisième donc le but est de conserver ma place à minima pour la suite de la course. Avec un peu de chance les deux filles de devant sont peut-être sur le 15km qui partait en même temps. Je passe devant pas mal de monde dans la descente en laissant les jambes descendre, pas de difficultés particulières. Ça remonte à nouveau, je monte tout le début en courant puis dans un passage un peu  raide je marche un peu, je me retourne pour voir si j’ai de la marge et je constate qu’une concurrente n’est pas très loin alors je ne relâche pas trop. Juste après cette montée on arrive au ravito et les deux parcours se séparent. 

Ça redevient plus roulant donc je repars en courant, personne devant mais derrière ça suit toujours, j’ai même un gars qui arrive sur mes talons. J’arrive au point fatidique où je me suis trompée l’année dernière, je regarde bien et je vois de la rubalise, je fonce mais derrière plus personne. Je réalise que je suis en sens inverse sur le parcours du grand format et le mec juste derrière moi n’a pas eu le fairplay de me rappeler. Je fais demi-tour aussitôt et je constate que 3 personnes me sont passées devant dont la fille qui me suivait depuis un moment. Une peu énervée, j’envoie la gomme dans la descente pour revenir à leur niveau mais j’arrive en bas un peu cramée. Je me cale derrière la fille pour reprendre mon souffle et j’attends une opportunité pour la dépasser sur le kilomètre qu’il reste. 

Il reste une dernière montée dans laquelle elle reprend de l’avance, je n’ai plus de jambes et je peine à marcher. Dans la dernière descente j’essaye de remettre la gomme mais elle m’entend accélérer derrière et elle ne se laisse pas faire, évidemment. En dépit de mes efforts, elle finit 12 secondes devant moi et me laisse au pied du podium. J’ai bien aimé cette bataille de fin de course quand même et je suis contente de ma course de reprise : j’améliore tout de même mon temps sur la course d’1’20’’, ça remet en confiance pour la suite.

En haut de la toute dernière montée, surement en train de regarder où je met les pieds...

Course : Trail de Châtel-Montagne – Trail du Puy du Roc (03)
Date : 08/09/2019
Distance : 9,5km  - D+ 370m
Temps : 1h13'40"
Classement : 21/61 au scratch, 4/32 au classement féminin et 2/15 SEF

Commentaires

Popular Posts

Le masque merveilleux par Ultra Doux : l'erreur de la débutante

Les produits Ultra Doux et moi, c’est une longue histoire d’amour. Mais les histoires d’amour finissent mal, en généraaaal ... 

Festival des Templiers - Marathon du Larzac

Pour le dernier trail de la saison, nous nous attaquons à l’un des plus gros évènements trail de France: le festival des Templiers. Ce n'est pas moins de 14 courses aux formats variés qui sont proposées et qui attirent plus de 10000 coureurs de 45 nationalités différentes. La course la plus emblématique est la grande course des Templiers le dimanche mais qui, pour la première fois en 25 ans d'existence, a été annulée pour raison météorologique cette année. Par chance, avec mes amis, nous avions opté pour des courses qui se déroulaient le vendredi matin pour lesquelles nous avons eu d'excellentes conditions climatiques. Ces courses avaient surtout l'avantage d'être limitées à quelques centaines de participant permettant une ambiance plus intimiste.  La course n'a pas commencé qu'on en prend déjà plein les mirettes Après 7h de route jeudi, nous avons récupéré nos dossards, puis nous avons fait un tour rapide du salon du trail très bien fourni av

DeNovo : la (petite) marque française de cosmétiques éthiques et naturels qui gagne à être connue

Cela fait très longtemps que je voulais faire un article dédié à cette jolie marque. J'ai attendu un peu pour avoir testé un bon panel de produits et je vous présente aujourd'hui mes impressions sur tout ce que j'ai testé depuis un peu plus d'un an.