Accéder au contenu principal

Trail du Sancy

Ce week-end retour en Auvergne pour prendre le départ du fameux Trail Estival du Sancy et rajouter le département 63 à mon palmarès. 

Le départ est le samedi à 10h30. C’est plutôt rare de partir aussi tard pour un trail, c’était plutôt chouette pour une fois de prendre notre temps pour se préparer, papoter avec les copains, regarder un peu de rugby. Vers 9h45 on part faire un petit échauffement et 10’ avant le départ on prend place dans le sas.

Le départ est donné et ça part moins vite que je l’aurais pensé, je ne me fais même pas bousculer alors je j'étais un petit peu trop devant à mon goût. Je fais quand même le premier kilomètre (sur le bitume et en légère descente) à 13km/h. Je sais déjà que la course va être compliquée car les isquios tirent. Je pensais que j’aurais le temps de récupérer de la séance de PPG du lundi mais c’était un mauvais calcul. On commence ensuite à monter un peu sur des chemins assez larges en sous-bois, j’aimerais pouvoir tout faire en courant mais je n’ai pas les jambes alors j’alterne course et marche rapide. Le manque de préparation lié à ma blessure de l'été va se faire cruellement sentir tout au long de la course. 
Selfie départ

Vers le 7ème km on arrive au premier point d’eau et s’en suit la première montée vraiment raide, à découvert avec parfois de bons coups de vent. Ça bouchonne un peu au niveau des marchepieds pour passer les clôtures à vache mais ce n’est pas plus mal, ça permet de souffler un peu. Une fois en haut, c’est séance photo pour tout le monde puis on repart pour une succession de descentes et montée sur des crêtes avec de jolies vues. 

C'est pas les mêmes bouchons qu'à Paris ;)

Queue with a view

On redescend ensuite de 300m pour le ravito. Il y a beaucoup de monde alors je prends juste de l’eau et je repars. Je profite de la remontée qui suit pour manger une petite barre Baouw. Après une bonne montée, on retrouve une petite alternance de montées et descentes avec un sentier légèrement sablonneux qui me fait redécouvrir ma douleur au tendon. Par sécurité, je suis partie avec du tape pour aider ma cheville en espérant ne pas réveiller la tendinite (merci Claire pour la pose :) ). J’espère que ça va tenir mais à ce moment je suis un peu inquiète.

Le chemin de croix ?



On enchaîne sur une longue descente en Vallée de Chaudefour, magnifique réserve naturelle, où l’on croise de beaux chevaux. Tout en bas nous attends un nouveau point d’eau. J’ai très soif, j’en profite pour boire à grandes lampées et bien refaire le plein des flasques. Quelques secondes pour contempler cette jolie vallée et je repars sur le chemin de montée pierreuse. Difficile d’utiliser les bâtons ici et pourtant les jambes commencent à montrer de sérieux signes de fatigue. Je remange une petite barre pour me donner du courage.


La vallée de Chaudefour

Après quelques centaines de mètres de dénivelé on revient à découvert. J’ai vraiment mal aux jambes, et maintenant on retrouve ce satané vent. A ce moment, précis je suis au fond du seau et pendant quelques minutes les larmes montent. J’ai très envie de m’arrêter au bord du chemin mais je me dis que plus vite j’avance, plus vite je pourrais me reposer donc je me mets un petit coup de pied au derrière et on s’accroche. Je vois des gens qui sont plus dans le mal que moi, notamment un monsieur qui vomit tripes et boyaux au bord du chemin, ça aide à relativiser. Et puis le paysage est si joli avec les couleurs d’automne qui sont déjà là, ça se mérite une vue pareille. J’en suis toute retournée à nouveau. J’arrive enfin au pied du Sancy où se situe le dernier point d’eau. Je range les bâtons qui sont interdits sur cette toute dernière montée. Plus que 100m de montée avant la grande descente finale mais quelle montée. Le vent souffle tellement fort que je suis glacée, je dois sortir mon coupe-vent et l’enfiler comme je peux. Je tiens à peine sur mes jambes. J’arrive enfin tout là-haut, je prend le temps de prendre quelques photos, j’enlève le mode avion du téléphone et découvre des sms d’encouragement qui font chaud au cœur.

Panorama au sommet du Sancy, point culminant du Massif Central

C’est parti pour la descente, je me dis qu’en grosso modo 1h je serais en bas. Le début n’est pas évident avec les marches en bois  je dois me concentrer pour ne pas en rater une. On arrive ensuite sur une piste de ski, ça descend fort et c’est que des cailloux mais avec le passage des coureurs un petit chemin dégagé s’est créé. En essayant de me relâcher au max je reprends plein de concurrents, c’est plutôt grisant. Il y a pas mal de gens qui encouragent. Au parking du Sancy il y a notamment la Mario Team qui donne de la voix pour nous donner des ailes, c’est trop sympa, me voilà émue encore. La descente se fait moins raide, on récupère un large chemin en terre, il y a même des petits passages en montée que je n’ai pas le courage de courir. Je marche et j’essaye de courir sur les plats et les descentes mais je n’arrive pas à allonger la foulée alors quelques personnes que j’avais reprises juste avant reviennent et me dépassent. Ces quatre derniers kilomètres paraissent interminables.

C’est presque la fin, une femme vient de me rattraper mais en relançant un petit peu je repasse devant, je reconnais les derniers mètres avant l’arrivée, l’émotion de l’arche qui apparait est toujours aussi forte mais j’entends derrière moi des pas qui se rapprochent. Croyant que c’est la concurrente que j’avais dépassé je sprinte un peu pour ne pas perdre bêtement une place à 2m de l’arrivée mais ça accélère encore plus fort et je suis obligée de donner tout ce qu’il me reste pour garder bec et ongle ma place. Une fois arrivée il s’avère que c’était juste un gars mais devant ma détermination à ne pas le laisser passer il m’a laissé finir devant.

Selfie d'après course, beaucoup de vent et de poussière = un nouveau make-up très nature hahaha

En conclusion, trop contente de franchir cette ligne d’arrivée. Chrono moins bon que ce que j’avais planifié en début de saison mais je reste sous les 6h ce qui était l’objectif revu donc plutôt satisfaite. La douleur au tendon est restée modérée sur la deuxième partie de course et à froid pas de souci ce qui est bon signe. Le classement n’est pas ridicule, je reste dans la première moitié des féminines et je ferais mieux une prochaine fois avec une meilleure préparation pour passer un meilleur moment. 

Course : Le Trail du Sancy (63)
Date : 21/09/2019
Distance : 33km  - D+ 2020m
Temps : 5h51'42"
Classement : 588/994 au scratch, 62/166 au classement féminin et 33/63 SEF

Quelques photos du photographe de la course qui sont bien plus jolies que les miennes ;)










Commentaires

Popular Posts

Techni'Trail de Tiranges

Le week-end dernier direction la Haute-Loire pour le premier vrai trail de l’année (après la mise en bouche du Robert le Diable en mars). Si comme moi vous ne savez pas situer ce département sur la carte, son chef-lieu est le Puy-en-Velay. Le village de Tiranges est situé à peu près à équidistance du Puy-en-Velay au Sud et de Saint-Etienne au Nord. Racepack Les copains sont tous inscrits sur le 52km qui part à 7h. Moi c’est l’heure à laquelle j’ai mis le réveil ;) J’arrive dans le village un peu en retard, je dois me garer loin car ma course est la dernière à partir et les places sont chères. Je rejoins le départ en footing en guise d’échauffement, ni le temps, ni l’envie d’en faire plus. Il fait froid et il y a beaucoup de vent. Et surprise, ce trail printanier s’est transformé en trail blanc ! Selfie de départ avec la neige Après un petit briefing, le départ est donné à 9h. Il fait froid et le début est un peu dur. Je pars tranquillement sur mon allure marathon.

Trail de Châtel-Montagne

Après maintes hésitation, j’ai décidé de prendre le départ de notre désormais traditionnel Trail de Châtel-Montagne. Moins de deux semaines après mon infiltration à la cheville avec 10 jours d’arrêt complet, je m’inscris la veille de la course un peu à l’arrache sur le 9km au lieu du 15km prévu. Vue sur le village en haut de la dernière descente C’est maintenant notre troisième participation à ce très sympathique évènement en montage Bourbonnaise que nous connaissons bien mais pour la première fois le soleil n’est pas au rendez-vous. Il fait un froid de canard. Mon chéri court son habituel 25km avec départ à 8h30. On arrive 45 minutes en avance, on récupère les dossards et il part à l’échauffement. Je vais voir son départ puis je pars  moi aussi à l’échauffement. Je prends le départ en manches longues, gants et Buff…  Cette année pas de changement de parcours donc j’ai l’avantage de savoir à quoi m’attendre. On part en descente, je laisse les fusées partir vite. La premiè